Héraclès/ Hercule

Héraclès le plus connu des héros est le fils de Zeus et d'Alcmène, une mortelle.
La nuit qu'il fut conçu dura, dit-on, l'espace de trois nuits. Alcmène venait d'épouser Amphytrion quand celui ici dut partir en guerre. Zeus, sous la forme de son époux, profita de ce moment pour séduire la très belle et vertueuse Alcmène. Ils conçurent Héralès. A son retour Amphytrion conçu celui qui sera le jumeaux d'Héraclès ; Iphiclus. Le jour de leur naissance, le tonnerre se fit entendre dans Thèbes, à coups redoublés, et plusieurs autres prodiges annoncèrent la gloire du fils de Zeus.

Héra, extrêmement jalouse, promit à la mère d'un autre descendant de Persée, que son fils Eurysthée naîtrait avant Héraclès. Elle voulu donc empêcher Alcmène d'accoucher, pour cela elle fit venir les Moires, les Destinées, et la déesse de l'enfantement Ilithye, qui durent surveiller la pauvre femme enceinte. Elle fut délivrée grâce à une de ses amies qui cria haut et fort qu'Alcmène avait accouché. De colère et de surprise, les déesses se levèrent aussitôt ; ce qui laissa un instant à l'enfant pour naître. Cette malheureuse amie fut aussitôt transformée en belette.
L'enfant reçu le nom d'Héraclès qui signifie « la gloire d'Héra ». Héra, qui le poursuivra toute sa vie.

Dès ses premiers jours, elle donna encore des preuves éclatantes de la haine qu'elle lui portait à cause de sa mère, en envoyant deux horribles dragons dans son berceau ; mais l'enfant, sans s'étonner, les mit en pièces. Le jeune Héraclès apprit à tirer à l'arc de Rhadamanthe et d'Euryte ; de Castor, à combattre tout armé : Chiron fut son maître en astronomie et en médecine, et il devint d'une taille extraordinaire, et d'une force de corps incroyable.

Nouvellement marié et père, Héra le frappa de folie; il tua aveuglement sa femme et ses enfants. Le jeune homme était accablé de douleur, il alla consulter l'oracle qui lui signifia d'aller se présenter à Eurysthée, sous les ordres duquel il devait entreprendre ses combats et ses travaux. Celui-ci, excité par Héra, lui commanda les choses les plus dures et les plus difficiles ; c'est ce qu'on appelle les douze travaux d'Héraclès:

Le 1er est le combat contre le lion de Némée.
Le 2e, celui contre l'hydre de Lerne.
Au 3e, il prit le sanglier d'Erymanthe.
Au 4e, il atteignit à la course la biche aux pieds d'airain.
Au 5e, il délivra d'Arcadie des oiseaux du lac Stymphale.
Au 6e, il dompta le taureau de l'île de Crète, envoyé par Poséidon contre Minos.
Au 7e, il enleva les cavales de Diomède, et le punit lui-même de sa cruauté.
Au 8e, il vainquit les Amazones, et leur enleva leur reine.
Au 9e, il nettoya les étables d'Augias.
Au 10e, il combattit contre Géryon, et emmena ses bœufs.
Au 11e, il enleva les pommes d'or du jardin des Hespérides.
Au 12e, enfin, il retira Thésée des enfers.

On lui attribua bien d'autres actions mémorables ; chaque pays, et presque toutes les villes de la Grèce, se faisant honneur d'avoir été le théâtre de quelques faits merveilleux de ce héros. Ainsi il extermina les centaures, tua Busiris, Antée, Hippoccon, Eurytus, Periclymène, Eryx, Lycus, Cacus, Laomédon, et plusieurs autres tyrans ; arracha Cerbère des Enfers, et en retira Alceste ; délivra Hésione du monstre qui allait le dévorer, et Prométhée, de l'aigle qui lui mangeait le foie ; soulagea Atlas qui pliait sous le poids du ciel ; sépara les deux montagnes, depuis appelées les colonnes d'Hercule ; vainquit Eryx à la lutte ; combattit contre le fleuve Achéloüs, à qui il enleva une de ses cornes ; enfin alla jusqu'à combrattre contre les dieux mêmes. Héraclès eut plusieurs femmes et un plus grand nombre de maîtresses : les plus connues sont Mégare, Omphale, Iole, Epicaste, Parthénope, Augé, Astyochée, Astydamie, Déjanire, et la jeune Hébé qu'il épousa dans le ciel.

Vers la fin de sa vie Héraclès épouse Déjanire. Ils rencontrent en chemin un centaure qui se propose de les aider à franchir un torrent en crue. Le centaure tente alors d'enlever Déjanire, Héraclès lui décoche une flèche en pleine poitrine. Mais le centaure, au moment de mourir, conte à Déjanire de recueillir de son sang et d'y tremper un vêtement d'Héraclès, ce qui le rendra soi-disant fidèle en amour. Plusieurs années ont passé et son mari est bien souvent parti quérir de nouveaux exploits et de nouvelles amours. La pauvre femme décide de donner à son mari la tunique qu'elle avait trempée dans le sang du centaure. La tunique lui colla aussitôt à la peau et le brûla. Il se tord de douleur, Déjanire comprend sa méprise et se donne la mort avec son poignard. Héraclès se fait transporter sur un immense bûcher, et ordonne sa propre mort. Il quitte alors son corps d'homme et devient immortel, il vivra désormais parmi les dieux de l'Olympe.

Héraclès, Hercule en romain, eut plusieurs temples à Rome. Sur les monuments, il paraît ordinairement sous les traits d'un homme fort et robuste, la massue à la main, et armé de la dépouille du lion de Némée, qu'il porte sur un bras, ou sur la tête. Il a aussi d'autres fois l'arc et le carquois ; souvent barbu, il est assez fréquemment sans barbe.

En savoir +

Documentation interne
Documentation externe